contact@rpvo.org
09 83 95 00 12

IVG – Santé Sexuelle

Vous recherchez ?

IVG, ce qu'il faut savoir

En France, une Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) peut être pratiquée avant la fin de la 16ème semaine d’aménorrhée (soit avant la fin de la 14ème semaine de grossesse). 

La loi permet à toute femme enceinte qui s’estime placée dans une situation de détresse de demander à un médecin ou une sage-femme l’interruption de sa grossesse, qu’elle soit majeure ou mineure (article L.2212-1 du Code de la santé publique). Seule la femme concernée peut en faire la demande. 

Les jeunes filles mineures peuvent choisir de demander le consentement de leurs parents ou de leur représentant légal et ainsi être accompagnée dans leur démarche d’IVG. Cependant, si elles souhaitent garder le secret, l’IVG est pratiquée à leur seule demande. Dans ce cas, elles doivent se faire accompagner dans leur démarche par une personne majeure de leur choix. 

  • La méthode médicale ou « médicamenteuse » :Elle est réalisée en 2 prises éloignées de médicaments, l’un interrompant la grossesse, l’autre provoquant des contractions et l’expulsion de l’embryon. Selon l’âge gestationnel et les risques hémorragiques, elle peut être pratiquée en médecine de ville, en établissement de santé ou en centre de planification familiale. L’IVG médicale ne peut être réalisée hors établissement au-delà de la fin de la 9ème semaine d’aménorrhée (9ème semaine après le début des dernières règles). 

 

  • La méthode instrumentale ou « chirurgicale » : Elle est exclusivement pratiquée en établissement de santé et nécessite dans la plupart des cas, une hospitalisation inférieure ou égale à 12 heures. Cette méthode requiert différents moyens, le plus courant étant l’aspiration. Elle est pratiquée sous anesthésie locale ou générale.

Vous pensez être enceinte et envisagez une interruption volontaire de grossesse ?

Afin de préparer votre consultation avec un.e professionnel.le de santé, il est important de connaitre votre terme de grossesse. Pour cela, utilisez le calculateur proposé ci-après.  

Quelles sont les démarches qui vont suivre ?

Où m'adresser ?

Ressources complémentaires

  • https://www.revho.fr
  • https://www.planning-familial.org/fr/le-planning-familial-du-val-doise-95/acces-la-sante-et-aux-droits/la-sante-sexuelle-en-val-doise
  • https://ivg.gouv.fr/annuaire-des-espaces-vie-affective-relationnelle-et-sexuelle-evars

Contraception, ce qu'il faut savoir

Généralités

La contraception est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant « l’utilisation d’agents, de dispositifs, de méthodes ou de procédures pour diminuer ou éviter la probabilité de fécondation après un rapport sexuel et entrainer une grossesse non désirée.  

Le choix du contraceptif

Le choix de votre mode de contraception dépend de plusieurs facteurs comme  :  

Les modes de contraception existants peuvent être hormonaux, mécaniques ou naturels. Ceux-ci agiront sur votre cycle menstruel afin d’empêcher la survenue d’une grossesse. Attention parmi ces contraceptifs, certains sont moins fiables que d’autres, vous devrez alors le combiner avec un autre moyen de contraception.

Pour vous guider dans votre choix, le questionnaire élaboré par Santé publique France disponible ici « Quelle contraception me convient le mieux ? » peut également vous aider. Cet outil vous permet de faire le point sur les méthodes qui paraissent « les plus adaptées » à votre situation, celles qui sont « possibles » et celles avec des « contre-indications probables ». Vous pouvez également contacter par téléphone ou tchat le numéro vert national « IVG, contraception, sexualités ». 

PENSEZ-Y : Contre les IST et le VIH : le préservatif ! 
Quelle que soit la méthode que vous choisissez, n’oubliez pas que le préservatif
est le seul contraceptif qui protège du VIH et de la plupart des autres IST. Il peut également être associé à un autre mode de contraception : c’est ce qu’on appelle la « double protection ».

Se repérer parmi les modes de contraception

Guide pratique

  • Le stérilet au cuivre
  • Le stérilet hormonal
  • Les pilules combinées (dites PC)
  • Les pilules oestroprogestatives (dites PP)
  • Externe (masculin) 
  • Interne (féminin) : Cape cervicale
  • Méthode de contraception hormonale à longue durée et réversible. Elle agit par une seule hormone (progestérone) et doit être administré de manière intramusculaire ou sous-cutané (injection) à tous les 3 mois par un.e professionnel.le de la santé.
  • C’est un bâtonnet fin d’environ 4 cm de long sur 2 mm de diamètre implanté sous anesthésie locale dans la partie interne du bras (dans le bras gauche si la patiente est droitière et vice versa). L’implantation est considérée comme un acte chirurgical, qui doit donc être pratiqué par un médecin ou une sage-femme.
  • Méthode de contraception hormonale sous forme d’anneau vaginal flexible qui libère des hormones pour prévenir la grossesse.
  • Un diaphragme est un contraceptif médical en latex ou en silicone sous forme de coupelle peu profonde et flexible dotée d’un rebord souple et placée à l’intérieur du vagin. La fine membrane du diaphragme recouvre le col de l’utérus pendant les rapports sexuels afin de prévenir une grossesse.
  • Les spermicides sont des contraceptifs non hormonaux qui détruisent les spermatozoïdes dans le vagin pour éviter une grossesse. Ils sont applicables sous forme de gels ou crèmes ou d’ovules à insérer dans le vagin.
  • Féminine : La ligature des trompes (LGT)
  • Masculine : La vasectomie
  • Communément appelée « Pilule du lendemain » : Est un comprimé à prendre en une prise pour éviter une grossesse non désirée, jusqu’à cinq jours après un rapport sexuel « accidentel » ou non protégé. Ce traitement est accessible à toutes les femmes majeures ou mineurs et sans ordonnance.

Ressources complémentaires

  • https://questionsexualite.fr/
  • https://ivg-contraception-sexualites.org/
  • https://annuairesante.ameli.fr/
  • https://www.planning-familial.org/fr/le-planning-familial-du-val-doise-95/acces-la-sante-et-aux-droits/la-sante-sexuelle-en-val-doise
  • https://ivg.gouv.fr/annuaire-des-espaces-vie-affective-relationnelle-et-sexuelle-evars

Choisir un.e professionnel.le de santé

Médecin
Gynécologue
Sage-femme

Choisir un centre de santé sexuelle

le Planning vous accueille pour répondre à vos questions en matière de santé sexuelle et de sexualités, vous informer sur vos droits et vous accompagner dans vos propres choix.

Choisir un "Espace de Vie Affective Relationnelle et Sexuelle

Les EVARS (Espaces vie affective, relationnelle et sexuelle) sont des lieux d’information, d’écoute, de sensibilisation et de prévention en matière de vie affective, relationnelle et sexuelle. Leur approche est objective et bienveillante. Le service délivré est anonyme et gratuit.